LEDIEU François

Catégorie: Portraits
Année : 1701

 

P.721

Âge du modèle : 43 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1701 pour 150 livres (ms. 624, f° 18 v° : « M[onsieu]r l’abbé LeDieux »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 87, 96, 104 ; Perreau, 2013, cat. P.721, p. 165 ; James-Sarazin, 2016, II, cat. *P.761, p. 253 [2003/2, cat. I, n°628].

Œuvres en rapport :

  • 1. Huile sur toile d’après Rigaud (Leprieur ?). Péronne, musée Alfred Danicour (av. 1914 ; bien spolié non restitué).

Copies et travaux :

  • 1702 : Leprieur réalise « deux têtes de M[onsieu]r Le Dieu » contre 20 livres (ms. 625, f°12).
  • 1703 : « Deux [copies] de M[onsieu]r l’abbé LeDieu » pour 100 livres (ms. 624, f°21 v°). 

Descriptif :

Cette effigie de François Ledieu (1658-1713), secrétaire de Bossuet, nous est connue par une photographie anonyme conservée au département des Estampes de la Bibliothèque Nationale de Paris. C’est Roman qui localise le portrait au musée de Péronne. Suivant l’inscription aux livres de comptes, le tableau correspond bien à un portrait en buste, sans décor de fond, assez austère mais criant de naturel. L’attribution à Rigaud, précisément, ne semble pas faire de doute, si l’on considère la qualité du traitement du regard de Ledieu et la délicate touche de naturel animant la chevelure. De même, l’aspect presque libre du col ecclésiastique, remontant par endroit atteste d’une grande maîtrise. Ce portrait justement simple, est à rapprocher des portraits similaires de Gillet, Santeuil ou l’abbé Pucelle… effigies vivantes et humaines de religieux plus ou moins austères.

Né le 29 janvier 1658 dans la province de Péronne et mort à Paris le 7 octobre 1713, Ledieu étudia dans sa ville natale avant d’arriver à Paris (1676). Il devient Magister et docteur en théologie (1681), puis intègre le secrétariat de l’abbé Bossuet (1684). Ce dernier lui donne un prieuré et le nomme au nombre des messieurs de la cathédrale (1697). Ledieu en devient chancelier et obtient la surveillance des écoles du diocèse. Sa principale fonction fut de soutenir les publications de Bossuet, tâche grâce à laquelle il a tiré de nombreuses argumentations autour du Jansénisme et du Quiétisme. Son Journal est considéré comme une très importante source de l’histoire de l’église. Le décès de Bossuet, en 1704, a conduit Ledieu à une vie retirée. Sous le nouvel évêque de Meaux, le cardinal de Bissy, il a élaboré un livre de mesure. Il s’est retiré en juin 1713 à Paris à cause d’une maladie.

Notons en 1703 le paiement de 50 livres pour « une [copie] de Mons[ieu]r l’évêque de Meaux p[ou]r m[onsieu]r l’abbé [Le] Dieu » 

 

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan