LA SOURDIÈRE Monsieur de

Catégorie: Portraits
Année : 1708

 

*PC.997

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Aide collaborateur de l'original :

Monmorency

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1708 pour 150 livres (ms. 624, f° 27 v° (« M[onsieu]r de la Sourdière de S[ain]t malo », 150 livres).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 136, 137 ; Perreau, 2013, cat. *PC.997, p. 210.

Copies et travaux : 

  • 1707 : Monmorency reçoit 5 livres pour avoir « habillé m[onsieu]r de la Sourdière » (ms. 625, f° 22 v°).

Roman voyait peut-être ici le second portrait de « N. de la Faye, seigneur de la Sourdière » après celui peint en 1692. Nous pensions pour notre part qu'il pouvait s'agir de François Guyet, marquis de la Sourdière et du Teil, ancien écuyer de la Dauphine. Décoré de l'ordre de Saint Lazare le 10 février 1697, il demeurait ordinairement à Paris, rue Saint-Honoré, quartier dans lequel vivaient de nombreux clients de proximité de Rigaud.

La pécision « de Saint Malo » ne concorde pourtant pas avec cette famille parisienne des Guyet de la Sourdière et il faudrait donc plutôt s'orienter vers les Boisgelin de Bretagne, notamment seigneurs de la Sourdière près de Saint Brieuc.

Le paiement dès 1707 à Monmorency pour son travail de collaboration à ce portrait montre que l'œuvre devait être entamée dès cette année là et livrée en 1708.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan