COUSTARD Gabriel

Catégorie: Portraits
Année : 1698

 

*P.558

Âge du modèle : 57 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1698 pour 140 livres (ms. 624, f° 14 v° : « Mons[ieu]r Regnault Coutard [rajout : Coustard] »).

Bibliographie :

Hulst/2, p. 167 ; Roman, 1919, p. 64, 167, 170, 174 ; Perreau, 2013, cat. *P.558, p. 138.

Ancien marchand de l’enseigne du Grand Saint-Louis, avocat du roi, contrôleur général à la Grande Chancellerie depuis 1689, Gabriel Coustard (v. 1641- 1er février 1719) fut un client tout particulier de Rigaud. Avant de solliciter un second portrait en 1702, il fut en effet, avec son fils Jean-Jacques (1673-1756), le fameux commanditaire des portraits de La Fontaine, Santeuil et Boileau. Marie-Anne Régnault, sa femme, épousée le 24 janvier 1672 sur la paroisse Jacques la Boucherie à Paris, s’était fait portraiturer peu de temps auparavant et reviendra chez le peintre avec son époux pour un second portrait en 1702. Rigaud peindra aussi l’un de ses neveux, Jacques Devin, et peut-être l'une de leurs deux filles, Marie Anne Madeleine Coustard, épouse d'André Nicolas de Jassaud (1657-1717), peinte en 1704.

Coustard mourut le 1er février 1719 comme l'indique le Mercure de France de 1719 (p. 127) : « M[onsieur] Gabriel Coustard, Conseiller Secrétaire du Roi. Controlleur de la Grande Chancellerie de France, mourut le premier Février, laissant un fils Conseiller au Parlement & deux filles dont la première a épousé M[onsieur] Aubry, Conseiller, au Parlement, & la seconde est veuve de M[onsieur] de Jassaud, Président de la Chambre des Comptes ». Il fut également chevalier du Saint Sépulcre.

Si l’on conserve le dépôt de son inventaire après décès en sous-seing privé du 24 février 1719, son portrait n’y est malheureusement pas référencé (Arch. Nat. MC/XIV/237).

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan