BOUCHER Marie Catherine Geneviève

Catégorie: Portraits
Année : 1737

 

P.1412

Âge du modèle : 37 ans

Huile sur toile
H. 80 ; L. 65 cm
France, Collection particulière.

Inscr. v° : « Peint par Hyacinthe Rigaud, 1738 ».

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1737 pour 600 livres (ms. 624, f° 45 v° : rajout de Hulst : « Madame Grimaudet, habillement répété, fille ladite dudt L[ouis]. P[aul]. Bouchet ») ; coll. Grimaudet ; au fils de la modèle, Alexandre-Paul-René Grimaudet ; sa sœur, Anne-Marie-Catherine, puis par descendance ; vente Versailles, palais des congrès, 2 juin 1971, lot 91 [=femme attr. Largillierre] ; Paris, Collection particulière ; vente Paris, hôtel Drouot, Daguerre, 21 mars 2008, lot 83 [=femme anon.] ; vente Paris, hôtel Drouot, Daguerre, 19 novembre 2008, lot 75 ; Perpignan, collection particulière ; Paris, marché de l'art ; France, Collection particulière.

Exposition :

Perpignan, 2009, n°70.

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 215 ; Perreau, 2008, dans cat. vente Daguerre, 19 novembre 2008, p. 48 [inédit] ; James-Sarazin, 2009/2, n° 70, p. 142, 148 ; Perreau, 2013, cat. P.1412, p. 294.

Fille cadette de Louis-Paul Boucher, Marie-Catherine Geneviève Boucher (v. 1700-1783) avait épousé le 26 août 1725 François-René Grimaudet qu'elle suivait dans l'atelier de Rigaud en même temps que sa sœur aînée, Marie-Charlotte, et un peu avant son frère, Étienne Paul. Le tableau peint par Rigaud est idéalement mentionné par les archives, cité dans le Procès verbal d’interdiction de vente réclamé par Madame de Grimaudet, le 29 décembre 1781, alors que les ayants droits des propriétaires de l’immeuble dans lequel elle habitait s’apprêtent à faire réaliser un inventaire de leurs ayeux[1].

La modèle eut au moins deux enfants un an après son mariage[2] : Alexandre-Paule-René né le 11 août 1726 et Anne-Marie-Catherine née le 22 février 1729. Les autres sœurs de notre modèle feront également des mariages qui leur assureront de confortables situations : Marie-Anne épousa le secrétaire du roi, Étienne Guiller de Guerville ; Marie-Louise s’unit en 1717 avec Antoine-Charles Lorimier, avocat au Parlement et notaire au Châtelet. La dernière, Marie-Thérèse, Charles-Antoine Jacques Bourgevin, également secrétaire du roi.


[1] Paris, archives Nationales, minutier central des notaires parisiens, étude XXXVI/576, op. cit.

[2] Archives de l’état civil de Paris. Paroisse Saint-Roch. Voir Comte de Chastellux dans L. Sandret, Revue Historique nobiliaire et biographique, t. 9, 1874, p. 33

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan