CHAMBRIER François de

Catégorie: Portraits
Année : 1704

 

P.843

Âge du modèle : 41 ans

Huile sur toile
H. 81 ; L. 65.
Suisse, Collection particulière

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1704 pour 150 livres (ms. 624, f° 22 v° : « M[onsieu]r Chambrier »).

Bibliographie :

Hulst/3, p. 183 ; Crayen, 1789, n° 49, p. 25 ; Portalis et Béraldi, 1880-1882, III, p.
524 (n°36) ; Roman, 1919, p. 106, 108, 109, 112, 133 ; Boy de La Tour et de Pury, 1920, p. 10 ; Roux, VII, 1951, n° 331, p. 204-205 ; Perreau, 2013, cat. P.843, p. 185.

Œuvres en rapport :

  • 1a. Gravé par Johann Georg Friedrich Schmidt en 1741 dans un ovale de pierre. H. 33,7 ; L. 23,7. Dans la bordure de l’ovale, la lettre suivante : « M[ESSI]RE FRANCOIS DE CHAMBRIER CHEVER CON[S]E[ILLE]R. D’ETAT ET MAIRE DE LA VILLE DE NEUFCHATEL P[OU]R SA MAJESTE LE ROY DE PRUSSE ». Dans la bordure extérieure de l’ovale, de part et d’autre de la composition aux armes : « Né le 8 mai 1663 - mort le 30 janvier 1730 ». Sous le trait carré, respectivement à gauche et à droite : « Peint par H. Rigaud, en 1704 - Gravé par G.F. Schmidt, à Paris, 1741 ». Dans le socle : « Le mortel dont on voit les traits - Epuisa tous ceux de l’envie / Mais son amour n’en fut jamais - Moins vrai, moins fort pr sa Patrie / Magistrat, Citoïen, politique à la fois - N’aiant dans ses vertus ni faible, ni caprices / Il fut des vrais Neufchatelois - Le deffenseur, l’appui, l’ornement, les délices. »
  • 1b. Gravé par Étienne Jehandiers Desrochers (en tenue de magistrat) en 1736.
  • 1c. Gravé par Abraham Louis Girardet (1787-1821), sans date, d'après Schmidt. H. 8,7 ; L. 5,6. Buste dans un ovale tourné à gauche. Dans le socle : « F. DE CHAMBRIER / né le 8 may 1665 / mort en 1730 »

Copies et travaux :

  • 1703 : Delaunay reçoit 6 livres pour avoir réalisé « l’habit de m[onsieu]r Chambré » (ms. 625, f° 16).
  • 1704 : « Une [copie] de M[onsieu]r Chambrier pour M[onsieu]r Bouret » valant 50 livres (ms. 624, f°23).
  • 1704 : Fontaire reçoit 7 livres pour « une tête de M[onsieu]r Chambrier » (ms. 625, f°16 v°).
  • 1707 : « Deux [copies] de M[onsieu]r Chambrier, suisse » pour 300 livres (ms. 624, f°26 v°).

François de Chambrier (1663-1730), maire de Neuchâtel et conseiller d’État du royaume de Prusse était le fils de Rodolphe de Chambrier, trésorier général et également conseiller d’État et de Suzanne de Marval. Chambrier étudie dès l’âge de 13 ans à l’université protestante de Saumur, entre au Conseil de la Ville et est qualifié de maître-bourgeois en 1692 et 1698. La duchesse de Nemours le nomma bientôt conseiller d’État et maire de Neuchâtel (1700). Boy de La Tour prétend que la duchesse offrit son portrait à Chambrier, l’actuel exemplaire tronqué de Neuchâtel.

Mêlé à un certain nombre de cabales, l'homme est suspendu de ses fonctions en 1725 puis réintégré deux ans plus tard. Il avait épousé, en 1684, une lointaine cousine, Salomé de Chambrier, veuve de Benoît Chambrier (1578-1637). Politicien remarquable, notre modèle amassa une grande fortune. Son fils, Jean de Chambrier (1686-1751) reprit les affaires bancaires de son père à Paris, devint ministre en 1723 et fut chargé par le roi de Prusse de missions diplomatiques en France.

On notera au titre des copies de 1704 un échange de bon procédés entre Chambrier et François Bourret, deux hommes au service de la duchesse de Nemours : « une [copie] de m[onsieu]r Chambrier pour m[onsieu]r Bouret » et « une [copie] de m[onsieu]r Bouret pour m[onsieu]r Chambrier », toutes deux valant 50 livres (ms. 624, f° 23). En 1706, Monmorency sera chargé de peindre « deux coppies entières de Suisses pour m[onsieu]r Chambrier » valant 16 livres (ms. 625, f° 21). 

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan