CHÂLON DE MAISONNOBLE Hardouin de

Catégorie: Portraits
Année : 1731

 

P.1365

Âge du modèle : 40 ans

Huile sur toile
H. 81 ; L. 65 cm
Bordeaux, Collection particulière.

Signé au dos : fait par Hyacinthe Rigaud 1731

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1731 pour 600 livres (ms. 624, f° 44 : « M[onsieu]r l’évêque de Lescard [rajout :] Hardouin de Chaslon de maison noble »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 207 ; Perreau, 2013, cat. P.1365, p. 283 ; James-Sarazin, 2016, II, cat. P.1452, p. 508 [avec la date de naissance fautive de 1695].

Hardouin de Châlon de Maisonnoble (Saint-Martin-du-Puy, 12 août 1691 - Lescar ou Bazas, 28 octobre 1762), fils de Jean-François, sieur de Maisonnoble, fut nommé évêque de Lescar en 1729 et sacré le 5 février 17301, ce que commémore sans doute son portrait. Conseiller du Roi, seigneur de lescar et baron de Bénéjacq, il fut préalablement abbé de Sablonceaux. Prêtre du diocèse de Bazas, docteur de Sorbonne, abbé et prieur de Saint-Philibert-sur-Vanne dans le diocèse de Sens, Maisonnoble fut pourvu d'un canonicat à Sens grâce à Hardouin Fortin de la Hoguette, son grand-oncle, alors archevêque2. Il en prit possession le 12 février 1714. Suite à la démission du futur cardinal de Tencin, en 1724, l'évêque de Lescar fut nommé archidiacre de Sens par Denis-François Le Bouthillier de Chavigny, son protecteur. Il fut également chanoine honoraire de l'Église de Sens en juin 1729.

Nous avions pu examiner une diapositive de ce portrait à la documentation du musée Rigaud de Perpignan dès 2003 mais son état très dégradé, sans doute à cause de repeints et de violents essais de restaurations, n'avait pas permis de bien le décrire. Depuis, l'actuel propriétaire, que nous remercions, a pu nous fournir un cliché plus détaillé confirmant l'aspect désormais très lacunaire de la couche picturale. Le portrait présente le prélat vêtu de son habit caractéristique d’évêque comme le voit notamment dans celui d'Alexandre Milon de Mesme.


1 Félix Chandenier, « Quelques lettres adressées au chanoine Charles-Henri Fenel, doyen du chapitre de Sens, fondateur de la bibliothèque publique de cette ville », dans Bulletin de la Société archéologique de Sens, Sens, 1892, XV, p. 148.

2. Vauthier, « Notes Pour servir à l'histoire de Monseigneur Hardouin de Chalon, évêque de Lescar», Études historiques et religieusesdu diocèse de Bayonne, 6e année, 1897, p. 315 et suivantes.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan