MILON DE MESME Alexandre

Catégorie: Portraits
Année : 1735

 

P.1401

Huile sur toile
H. 79 ; L. 64.
Valence, musée des Beaux-arts. Inv. P.21.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1735 pour 600 livres (ms. 624, f° 45 : « M[onsieu]r l’évêque de valence Alexandre [rajout : Milon] »).

Bibliographie :

Hulst/3, p. 198 ; Mariette, 1740-1770, VII, f° 23 ; Lelong, 1775, p. 233 ; Roman, 1919, p. 212 ; cat. exp. « Le portrait dans tous ses états », Brou-Chambéry-Valence, 2001, n° 105, p. 305-306 ; Perreau, 2004, p. 212 ; Widauer, 2004, F. 989, p. 199 ; Levallois-Clavel, 2005, I, p. 145, 198, 229, 255 ; ibid., II, p. 361, cat. C. Dr. n° 12 ; James-Sarazin, 2009/2, p. 82, 84, n° 47, p. 122-130 ; James-Sarazin, 2011, n° 465, p. 54 ; Perreau, 2013, cat. P.1401, p. 292.

Expositions :

Brou, Chambéry, Valence 2001, n°105, p. 305-306 ; Perpignan, 2009, cat. 47.

Œuvres en rapport :

  • 1. gravé par Claude Drevet, 1740, H. 42,5 ; L. 32,3. En buste à gauche, dans une fenêtre de pierre agrémentée de livres. Sur le rebord de la baie, respectivement à gauche et à droite : « Peint par Hyacinthe Rigaud Cher. De l’Ordre de St. Michel - gravé par C. Drevet 17.. [selon le 1er état] ». Plus bas, dans le cartouche pierre, de part et d’autre d’une composition aux armes : « Alexandre - Milon / Evêque Comte - de Valence / Prince de Soyon - Abbé des Abb. / de la Grace Dieu - et de N. Dame / de Leoncel, cy - devant Aum.er / du – Roi. » Deux états connus.
  • 2. Huile sur toile, par le peintre drômois Jacques-André Treillard (1712-1794), en 1752 pour l’université de Valence. Valence, musée des Beaux-arts. Inv. P.330.
  • 3. Sanguine d’après Rigaud (C. Drevet ?), H. 23,5 ; L. 18,5. Vienne, Graphische Samlung Albertina. Inv. 11967 (coll. A. con Sachsen-Teschen).

Alexandre Milon de Mesme (1688-1771), seigneur de Beaumont et de Varenne, docteur en Sorbonne, aumônier ordinaire du roi, était le neveu d’Alexandre II Milon [P.821]. Son père, Henri I Milon, Chevalier, Seigneur de Mesne, officiait comme Grand maître des Eaux et Forêts du Poitou et avait épousé le 29 décembre 1685 Jeanne Françoise Angélique Collin. Nommé évêque de Valence en 1726, Alexandre recevra, en 1729, l’abbaye de Léoncel située à quelques encablures de Romans ainsi que quatre mille livres de rentes qui en découlaient. Apprécié dans son diocèse pour sa générosité et sa culture, Milon profita de ses charges pour favoriser l’embellissement de la cathédrale et de l’évêché. En 1731, il ordonne la reconstruction de l’église de Beaumont qui tombait en ruine et y fait apposer des lambris. À sa mort il légua d’ailleurs la totalité de sa fortune à l’hôpital de Valence. Le prélat fut également pourvu des abbayes du Val-Secret en 1735 et de Saint-Benoît sur Loire les 25 octobre 1742. Il mourut dans son abbaye le 15 novembre 1771 et fut enterré à l’entrée du chœur de l’église abbatiale, derrière la plateforme de l’aigle[1].

Rigaud le représente dans une attitude très classique pour ses modèles ecclésiastiques, captant toute l'attention du public sur la réussite du rendu de la physionommie et des tissus. C’est sans doute aidé d’un dessin perdu du maître que Claude Drevet put réaliser l’encadrement du portrait pour sa magnifique estampe.


[1] Victor Rocher, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Benoit-sur-Loire, Orléans, 1869, p. 427.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan