NOAILLES Adrien Maurice de

Catégorie: Portraits
Année : 1711

 

*PC.1154

Âge du modèle : 33 ans

Portrait d’Adrien-Maurice, duc de Noailles (1678-1766)

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Mentionné au titre des copies de 1711 ; légué au modèle par Rigaud par son codicile du 27 décembre 1743 : « Donne et lègue à M[onsei]g[neu]r. Le Marechal de Noailles le portrait dudit seigneur sur une toile de quatre francs et celuy de feue Madame la Maréchale son épouse aussy sur une toile de quatre francs l’un estant sans bordure faits il y a plus de trente ans » ; Inventaire après décès de Rigaud, n°415 : « Item le Portrait de Monseigneur le marechal de noailles et celuy de feuë Madame la Marechale son épouse l’un et l’autre sur toile de quatre francs sans bordure numerotés cent cinquante sept prisés ensemble la somme de mil livres. »

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 160, 166, 188, 189 ; Perreau, 2013, cat. *PC.1154, p. 231.

Copies et travaux :

  • 1711 : Adrien Leprieur reçoit 58 livres pour avoir « habillé l’original de M[onsieu]r le duc de Noailles » (ms. 625, f°27 v°).
  • 1719 : La Lapenaye reçoit 30 livres pour « un buste de M[onsieu]r l[e] D[uc] de Noaïlles » (ms. 625, f°33).
  • 1719 : « Une [copie] de M[onsieu]r le duc de Nouailles pour M[ademoise]llle de S[ain]t Gilles » pour 100 livres (ms. 624, f°39 v°).
  • 1719 : « Une coppie de M[onsieu]r le duc de Nouailles pour M[onsieu]r Ozon » sans prix (ms. 624, f°39 v°).
  • 1720 : « Une [copie] de M[onsieu]r le D[uc] de Noailles pour M[ademoisel]le de S[ain]t Gille » pour 100 livres (ms. 624, f°40).

Les travaux effectués dès 1711 pour un portrait du duc de Noailles ne doivent être confondus avec ceux du célèbre maréchal Anne-Jules de Noailles, gouverneur du Roussillon que Rigaud peint en 1691. Il s’agit ici de la trace d’un portrait perdu de son fils, Adrien-Maurice de Noailles (1678-1766), duc de Mouchy puis de Noailles (1708). Il était titré comte d’Ayen et de La Mothe-Tilly, vicomte de Carlus et marquis de Montclar, pair de France, grand d’Espagne, brigadier (1702), maréchal de camp (1704), lieutenant général (1706) et enfin maréchal de France (1734). Son portrait, pensé en pendant de celui de son épouse, Françoise Charlotte d'Aubigné, était encore en possession de Rigaud en 1743 et fit parti du dernier codicile rédigé par l’artiste malade, chez lui, rue Louis le Grand, le 27 décembre de cette année là : « Donne et lègue à M[onsei]g[neu]r. Le Marechal de Noailles le portrait dudit seigneur sur une toile de quatre francs et celuy de feue Madame la Maréchale son épouse aussy sur une toile de quatre francs l’un estant sans bordure faits il y a plus de trente ans » (fol.5).

On le retrouve également dans l’inventaire après décès du peintre sous le numéro 415, mais cette fois tous deux sans bordure. Les portraits « l’un et l’autre sans bordure » furent remis le 20 juillet 1744 aux modèles entre les mains de Jean-Baptiste Monmasse, intendant du duc selon quittance n° 7 (Paris, archives Nationales, minutier central des notaires parisiens, étude LXXIX/44).

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan