DEZALLIER D'ARGENVILLE Antoine Joseph

Catégorie: Portraits
Année : 1719

 

*PC.1268

Âge du modèle : 39 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1719 pour 300 livres (« Mr D’Argenville Deshaliez, Antoine-Joseph Desailler d’Argenville, maitre des comptes. Habillement répété »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p.187, 188, 192 ; Perreau, 2013, cat. *PC.1268, p. 256.

Œuvres en rapport :

  • 1. Gravure de Vincenzio Vanghelisty, v. 1775. Buste à gauche dans une fenêtre de pierre. Dans le socle : « ANTOINE JOSEPH DESALLIER D’ARGENVILLE / Con.er du Roi en ses Conseils Maître ordre en sa Chambre des Comptes / des Sociétés royales des Sciences de Londres et de Montpellier / et des Académies des Arcades et de la Rochelle ». Au bas de l’estampe, à gauche et à droite : « Hyac. Rigaud Pinx. - Vin. Vangelisty Sculp. 1775 ».

Copies et travaux :

  • 1719 : La Penaye reçoit 5 livres pour avoir « ébauché l’habillement de Mr d’Argenville » (ms. 625, f°33).
  • 1721 : La Penaye reçoit 9 livres pour avoir « ébauché l’habillement de Mr d’Argenville, un jour et demi » (ms. 625, f°34).

Avocat au Parlement et secrétaire du roi, Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville (1680-1765) est le fils d’Antoine Dezallier (né en 1655), originaire de Lyon, imprimeur libraire à Paris, et de Marie Mariette, veuve du libraire Jean Dupuis. Son père fut peint par Rigaud en 1712. Notre modèle fut principalement amateur de jardins et féru de conchyliologie et collectionnait également des œuvres de Rigaud (Catalogue d’une collection de dessins choisis des maîtres célèbres des écoles Italienne, flamande et française, tant en feuille que sous verre ; & d‘un Recueil d’Estampes de feu M. d’Argenville, conseiller du roi en ses conseils [...], Paris, Rémy, p. 59). Mais c’est avec sa Vie des plus fameux peintres [...] et la manière de connaître les dessins des grands maîtres, publiée en 1745, que d’Argenville devient un précieux témoin de la vie de Rigaud, même s’il parle sans doute par tradition orale. La posture utilisée ici par Rigaud et reproduite par Vanghelisty dans son estampe, reprend celle de Gaspard de Gueidan et sera réutilisée pour le portrait de François I de Castanier.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan