DETLEV VON DEHN Conrad

Catégorie: Portraits
Année : 1723

 

P.1323

Âge du modèle : 35 ans

Huile sur toile
H. 137 ; L. 105,5 cm
Brünswick, Herzog Anton Ulrich museum. Inv. GG 521.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1723 pour 3000 livres (ms. 624, f° 41 v° : « M[onsieu]r Le Comte Dhen, Envoyé de Bronswick ») ; anciennement au musée du petit château de Salzdahlum (Blankendurg ; inventaire d’Harms) ; entré avant 1737 (il semblait y être encore en 1911). 

Bibliographie :

Hulst/3, p. 195 ; Portalis et Béraldi, 1880-1882, I, p. 379, 382, n° 9 ; Roman, 1919, p. 196 ; cat. Brünswick, 1975 [Jacob et Klessman], p. 9-10 ; cat. Brünswick, 1976, p. 49 ; Rosenfeld, 1981, p. 271 ; cat. Brünswick, 1983-84, n° 25 ; Perreau, 2004, p. 60-61 ; Rosenberg, 2005, p. 75-81 ; Rosenberg et Mandrella, 2005, n° 957, p. 164 ; Perreau, « Konrad Detlev, comte de Dehn », [en ligne], 18 mars 2011, www.hyacinthe-rigaud.over-blog.com ; Perreau, 2013, cat. P.1323, p. 270.

Œuvres en rapport :

  • 1. Gravé par François Chéreau avant 1727. 1er état sans la croix de Daneborg : « CONRADUS DETLEV – A DEHN. / SERENISS. AUGUSTI GUILELMI – BRUNSWIC ET LUNEBURG DUCIS / STATUS MINISTER – INTIMUS EJUSQUE / AD REGEM CHRISTIANISSIMUM A 1723. – EXTRA ORDINEM ABLEGATUS / SENATUS COENOBIORUM PRAESES – ECCLESIAE GANDESIENSIS PINCERNA / HAEREDITARIUS IN – WENDHAUSEN  SCHOENINGEN / RIDDAGSHAUSEN  - ET LEMMIE. ETC. » Sous le trait carré, respectivement à gauche et à droite : « Hyacs Rigaud pinxit. – F. Chéreau lainé sculpsit ». H. 47,5 ; L. 34 cm. Second état en 1728, avec la croix de l’ordre de Danebrog sur le drapé à la poitrine et pendant à un cordon, au niveau du pommeau de l’épée. Selon Hulst : « La même planche que celle qui précède à laquelle on n’a fait qu’ajouter les marques de l’ordre de Danneborg et changer l’inscription. Quoiqu’on y ait ajouté après les mots Hyac. Rigaud pinxit la date de 1728, il est certain néanmoins qu’il a fait ce portrait en 1723. » Il ajoute ensuite : « Les changements en 1730 ». SUr le second état, la lettre suivante : « CONR. DETLEV. A. – DEHN. S.R.I. COMES / DUC. BRUNSV. ET LUNEB. – STATUS  MINIST. INTIM. / CAPITUL. ES. BLAS BRUNSV. DECAN. – ECCLES. GANDES. PINCERN. HAERED. / DINAST. IN WENDHUS. SCHOENIN. ET RIDDAGSH. / ORDIN. DANEBROG. – EQUES ». Sous le trait carré, respectivement à gauche et à droite : « Hyacte Rigaud pinxit 1728. – Gravé à Paris par F. Chéreau Lr graveur du cabinet du Roy ».
  • 2. Sanguine (suiveur de Rigaud), H. 41 ; L. 30,5, Collection particulière (vente Paris, hôtel Drouot, de Maigret, 30 mars 2011, lot 123).
  • 3. Gravé par Johann Martin Bernigeroth, en buste dans un ovale à gauche. 14,2 x 8,4 cm. 

 

Conrad Detlef, comte de Dehn (1688-1753), fils d’un colonel danois, page au château de Wolfenbüttel, favori et ministre du duc August-Wilhelm (régent de 1714 à 1731), jusqu’à la mort duquel en 1731, il est au service des Danois. Kammerjunker (1714), conseiller (1716), conseiller secret (1718), membre du collège supérieur du gouvernement du duché, il devint ministre plénipotentiaire à Saint-Petersbourg de 1736 à 1742, secrétaire à Steinburg (Holstein), envoyé à Madrid en 1742 et à La Haye jusqu’en 1748, et échanson à Gandersheim. C’est grâce à Charles VI qu’il obtient le titre de comte ainsi que l’ordre de Danebrog par le roi du Danemark (1727). Seigneur de Wendhausen et Schöningen, Reichgraf (1726), il épouse, en 1718, Ilsa-Luise von Wendhausen, fille de Philippe-Ludwig Probst von Wendhausen (1660-1718). Detlef fut disgracié dans les années 1730 après avoir été suspecté de s’enrichir personnellement. Il mourut à La Haye, alors qu’il était conseiller du roi du Danemark. Il fut envoyé à la cour de France (juillet 1723) lorsque Rigaud fit son portrait, un an avant que Largillierre ne soit sollicité pour le même travail [1].

Quoique le tableau semble avoir été agrandi par la suite, le prix élevé de 3000 livres est parfaitement justifié par la grandiloquence de la pose. De plus, l’adjonction d’un fauteuil à bras était, selon les règles de l’étiquette, une marque de l'importance du personnage représenté. On retrouve dans une feuille conservée à Rouen [D.1324], une étude de bras et de buste qui a sans doute servi de modèle à ce type de posture. 

L'attitude de Rigaud semble avoir remporté un franc succès et fut reprise par l'artiste pour d'autres portraits tel celui anciennement dit du marquis de Villars [P.1325]. En dehors de l'atelier, il a également été largement imité et pastiché à l'exemple du portrait de Fernando VI peint par Louis Michel Van Loo et aujourd'hui au musée du Prado de Madrid (inv. PO4171).

L'estampe de Chéreau, qui suit avec le plus grand scrupule l'œuvre de Rigaud aida largement la diffusion en Europe du portrait de Conrad Detlev ce qui donna lieu à de nombreux pastiches. Ainsi, bien que l'on soit redevable à Antoine Pesne du portrait officiel de George Dietloff von Arnim, ministre de Frédérik II de Prusse (dans un style d'ailleurs très proche de Rigaud), le graveur Johann Christoph Sysang réutilisa la posture inventée pour le cont de Dehn afin de réaliser une autre image gravée de ce ministre. Au prix de quelques aménagements, on y retrouve le même agencement du drapé, le fauteuil légèrement déplacé, la position de la main sur la hanche, etc...

 


[1] Huile sur toile. H. 92 ; L. 73,5, Brunswick, Herzog Anton Ulrich museum, Inv. Nr. GG 724.

Localisation de l´œuvre :

Brünswick, Herzog Anton Ulrich museum, Germany

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan