PARADIS Françoise

Catégorie: Portraits
Année : 1688

 

*P.146

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1688 pour 337 livres 10s [prix pour deux bustes agrandis] (ms. 624, f° 4 v° : « Mons[ieu]r et mad[adam] Thomé »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 16, 17 ; Favre-Lejeune, 1986, II, p. 1015-1016 ; Perreau, 2013, cat. *P.146, p. 79

Fille d’un avocat lyonnais, Françoise Paradis épousa en 1685 Pierre Thomé de Lesse [*P.145] dont el eut plusieurs enfants. Tandis que son cadet, André-Romain allait succéder à son père, dès 1699, comme trésorier des galères, puis à sa mort comme fermier général, l’aîné, Philippe Thomé de Ferrières (1690 – 26 mai 1752) réalisait une carrière de conseiller au Parlement de Paris. Il épousa en 1727 Marie-Victoire Ogier, fille de Pierre- François (1665-1735), receveur général du clergé (1710-1726) et grand audiencier de France (1711), et sœur de Jean-François Ogier (1703-1775), surintendant de la Maison de la Dauphine (1744) et ambassadeur au Danemark (1755-1766). Quant à Pierre Thomé de Saint-Georges (1688 – Chaillot, 13 mai 1765), il rempli les fonctions de Maréchal des camps et armées du roi. Le petit dernier, Louis, colonel au régiment de Foix, mourut à Crémone, le 2 juillet 1734, et fut enterré dans l’église des frères prêcheurs.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan