BRÜNSWICK August Wilhelm von

Catégorie: Portraits
Année : 1702

 

P.739

Âge du modèle : 40 ans

Huile sur toile ovale
H. 81,3 ; L. 64.
Brünswick, Herzog Anton Ulrich museum. Inv. GG 528.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1702 pour 150 livres (ms. 624, f° 20 : « M[onsieu]r le prince de Bronsvick »).

Bibliographie :

Dussieux, 1876, p. 175 ; Cat. Brünswick, 1900, p. 368, n°528 ; Roman, 1919, p. 92, 95 ; Cat. Brünswick, 1975, p. 7, repr. n°5 ; Jacob & Klessmann 1976, p. 49 ; Cat. Brünswick, 1983, n°H.2, repr. ; Cat. Brünswick, 1983-84, n°23, repr. ; Rosenberg [Luckhardt], 2005, p. 77 ; Rosenberg & Mandrella, 2005, n°954, p. 164, repr. p. 165.  ; Perreau, 2013, cat. P.739, p. 169.

Œuvres en rapport :

  • 1. Huile sur toile d’après Rigaud, H. 80 ; L. 65. Brünswick, Herzog Anton Ulrich museum. Inv. GG. 529.

Copies et travaux : 

  • 1702 : Fontaine touche 10 livres pour avoir fait « un buste de M[onsieu]r le prince de Brunsvik »  (1702).

Selon la tradition, le modèle de Rigaud en cette année 1702 aurait été le duc Anton Ulrich (1633-1714). Cependant, outre qu'aucun voyage du duc en France à cette époque n’est attesté, le modèle aurait du alors avoir près de 70 ans ce qui cadre mal avec l’effigie du musée de Brünswick.

À l’exemple de Jochen Luckhardt, nous opterions donc plus volontiers pour un portrait de l’un de ses fils, August-Wilhelm, duc de Brünswick-Wolfenbhüttel (1662-1731), âgé de 40 ans, et qui se trouvait justement à Paris en 1702 dans le cadre de son Grand Tour. Le modèle profita d'ailleurs de son séjour français pour se faire également peindre par Largillierre, arborant le ruban bleu de l’ordre danois de l’éléphant blanc (Hanovre, Herrenhausen-Museum).

Roman proposait son jeune frère, Ludwig-Rodolph von Brünswick-Wolfenbuettel (1671-1735). La princesse Palatine lui enverra en 1716 une copie de son propre portrait. 

Localisation de l´œuvre :

Brünswick, Herzog Anton Ulrich museum, Germany

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan