VOYER DE PAULMY D'ARGENSON Louis de

Catégorie: Portraits
Année : 1685

 

*P.80

Âge du modèle : 60 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1685 pour 66 livres (ms. 624, f° 2 v° : « Mons[ieu]r. le Doyen de S[ain]t Germain »).

Bibliographie :

Du Pradel, 1692 (1878), I, p. 320-321, note 3 ; Roman, 1919, p. 9 [f] ; Baticle, 1985, p. 57 ; Perreau, 2013, cat. *P.80, p. 71.

Roman identifiait ce doyen de Saint Germain comme un premier portrait de Jean-Paul Bignon (1662-1743), qui le sera effectivement mais qui n’était, ici, qu’âgé de 20 ans. Le véritable doyen depuis 1671 était Louis de Voyer d’Argenson (1625-1694), abbé de Beaulieu, fils de René I de Voyer de Paulmy, comte d’Argenson, maître des requêtes, conseiller d’État et ambassadeur à Venise et de Hélène de La Font[1]. L’abbé d'Argenson, baptisé le 16 Janvier 1625, fut Prieur du Saint Sepulchre d’Allemagne (ordre de Saint Benoît au diocèse de Meaux) dès 1635. Nommé par le Roi Abbé Commendataire de l'Abbaye de la Sainte Trinité de Beaulieu au diocèse de Tours la 6 Octobre 1639, il deviendra également Prévôt de Saint Laurent de Parthenay (1651), Prieur de Notre-Dame de Louen (16 Mai 1671) et permuta ce Bénéfice pour le Doyenné-canonicat prébendé de l’Eglise royale, collégiale & paroissiale de Saint Germain l’Auxerrois à Paris, dont il prit possession le 21 octobre de la même année. Il mourut le 13 Janvier 1694, âgé de soixante-huit ans, & fut inhumé le lendemain à Saint Germain l’Auxerrois.

Voir le portrait de son frère, l’abbé d’Argenson en 1699 et ceux de ses neveux, le lieutenant général de Police en 1694 et 1708 puis celui de l’archevêque de Bordeaux. Suivra, en 1732, l’effigie du ministre de la guerre, fils du lieutenant général de Police.


[1] Louis Moreri, Le Grand dictionnaire historique ou le mélange des curieux, 18e et dernière édition, tome VIII, Paris, 1740, p. 177.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan