LE COUTURIER Bonne Madeleine

Catégorie: Portraits
Année : 1733

 

*P.1388

Âge du modèle : 54 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1733 pour 600 livres (ms. 624, f° 44 v° : « M[onsieu]r et M[adam]e Desvieux fermier g[é]n[ér]al [rajout :] Elle hab[illement] rép[été] »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 210 ; Perreau, 2013, cat. *P?1388, p. 289.

Bonne-Madeleine Le Couturier (1679-1758), épouse depuis 1712 de Louis-Philippe Desvieux, peint par Rigaud en pendant, était fille d’Eustache Le Couturier, secrétaire du roi (1680) et de Françoise-Marguerite Masson. Elle mourut à Mauregard le 6 octobre 1758 et fut inhumée à Paris, paroisse Sainte-Marie-Madeleine de la Ville-l’Evêque[1].

Parmi les huit enfants du couple, deux filles furent liés à l'artiste : Louise Bonne Desvieux (v.1712-1731), s'était unie en janvier 1730 à Louis Rolland (1687-1750), fermier général, écuyer, seigneur d’Aubreuil, fils de Barthélémy Rolland, seigneur de Chambaudouin et Catherine-Agnès Langlois, tous deux peint par Rigaud en 1707.

Jeanne-Monique, quant à elle, fut une salonnière dijonnaise d’un certain renom, et épousa, en 1735, le futur ambassadeur de France en Hollande, François-Dominique Barberie de Saint-Contest (1701-1754), lui-même fils d’un modèle de Rigaud, le diplomate Dominique Claude


[1] Sandret, VIII, 1873, p. 357.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan