DURFORT DE DURAS Jacques-Henri I de

Catégorie: Portraits
Année : 1698

 

*P.533

Âge du modèle : 73 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1698 pour 140 livres (ms. 624, f° 14 : « Mons[ieu]r le maréchal de Duras »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 62 ; Perreau, 2013, cat. *P.533, p. 135.

Copies et travaux :

  • 1698 : Leprieur reçoit 14 livres « pour une Copie de M[onsieu]r le Marechal de Duras » et 28 autres pour « Deux autres copies » (ms. 625, f°5 v°).

Comme l’indiquait fort justement Roman, le titre de maréchal de Duras pouvait correspondre à cette époque à deux frères, maréchaux à un an d’intervalle, fils de Guy-Aldonce I de Durfort (1605-1665), marquis de Duras et de Lorges et d’Élisabeth de La Tour d’Auvergne (1606-1685). Le premier, Guy-Aldonce II de Durfort (1630-1702), comte de Lorges (1681), duc de Quintin (1681), duc de Lorges (1691), maréchal de camp, lieutenant général (1673), fut élevé à la dignité de maréchal le 21 février 1676. Capitaine des Gardes du Corps du Roi (1676), chevalier de l’ordre du Saint-Esprit (31 décembre 1688) et de Saint-Louis (avant 1702), il avait épousé le 19 mars 1676, Genevière Frémont d’Auneuil (1658-1727), fille de Nicolas Frémont, seigneur d’Auneuil de Dandainville et de Geneviève Damon. Il était plus souvent connu sous le titre de « maréchal de Lorges ».

Son frère, pour lequel nous opterons plus volontiers car surnommé « maréchal de Duras », était Jacques-Henri I de Durfort (1625-1704), marquis puis 1er duc de Duras (1668), marquis de Blanquefort, comte de Rozan et baron de Pujols, pair de France (1689). Il devint maréchal de France le 30 juillet 1675 et reçut le cordon de l’ordre du Saint-Esprit en même temps que son frère.

Le marquis repassera chez Rigaud en 1699, en compagnie de ses fils, pour un second portrait qui pourrait cependant constituer un doubon avec celui de 1698.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan