GYLDENLOEVE Christian

Catégorie: Portraits
Année : 1693

 

*P.345

Âge du modèle : 19 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues (à mi-corps)
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1693 pour 360 livres (ms. 624, f° 9 : « Mons[ieu]r le comte de Guldenleuw [rajout : Gulvenleeuw] »).

Bibliographie :

Marcel, 1906, p. 254 ; Roman, 1919, p. 35 ; Paulsen, 1961, p. 78 ; Delaplanche, 2006, cat. PP.1, p. 223 ; Perreau, 2013, cat. P.345, p. 106.

Œuvres en rapport :

  • 1. Gravé par Pierre Drevet dès 1696 (H.47,4 ; L. 35,2). Six états connus, le dernier datant des années 1762-1782 (avec l’adresse : « Se vend a Paris chez Bligny, Peintre, Doreur et Vitrier cour du Manège aux Thuilleries »). Dans la bordure intérieure du trait carré, à gauche et à droite : « Hyacinth. Rigaud pinxit – P. Drevet sculpsit ». Sous le trait carré extérieur, de part et d’autre d’une composition aux armes surmontée d’une couronne princière française la lettre suivante : « Christian de Gyldenteu, Comte - de Samsoye et Baron de Lindenbourg, / Chambellan & Gouverneur de - Bergue de Sa Majesté Danoise, / Et Colonel au Régiment Royal - Danois en France ». Voir Mariette, 1740-1770, III, f° 47 v°, n°66, VII, f ° 7 ; Lelong, 1775, p. 207 ; Paignon-Dijonval, 1810, 7515 ; Nagler, 1843, XIII, p. 185 ; Dussieux et coll., 1854, II, p. 163 ; Le Blanc, 1856, II, P. Dr., n°67 ; Firmin-Didot, 1876, P. Dr., n°71 ; Firmin-Didot, 1875-1877, P. Dr., n°449 ; Weitemeyer, 1889, p. 20 ; Mireur, 1910, II, p. 534, 539 ; Cohen, 1912, p. 164. ; Soulange-Bodin, 1914, pp. 6-49 ; Roman, 1919, p. 35, 53 ; Audin et Vial, 1919, p. 287 ; Thieme & Becker, 1934, XXVIII, p. 350 ; IFF XVIIIe 1951, VII, P. Dr., n°56 ; Préaud, 1987, p. 56 ; Thieme & Becker-Saur, 2001, XXIX, p. 409 ; Levallois-Clavel, 2005, I, p. 56, 60, 75, 147, 166-167 ; Ibid. II, p. 94, cat. P. Dr. n°40.
  • 2. Mine de plomb, suiveur de Rigaud, H. 20 ; L. 17,4. Londres, Victoria et Albert Museum. Inv. E 430 1965 (don Mrs E. Fuller in memory of the Reverend A. Fuller and A.W.F. Fuller through The Art Fund). Le dessin semble correspondre au second état de l’estampe de Drevet.
  • 3. Il existe au musée de Fredericksborg une reprise à l'huile de l'estampe, de piètre qualité et donnée comme portrait d'Ulrik Christian Gyldenloeve.

Commandant du Royal Danois, Christian Gyldenloeve-Danneskjold (1674-1703) était le fils naturel de Christian V, roi de Norvège et de Sophie-Amélie Moth (1654-1719), comtesse de Samsø. Il était donc le demi-frère de Frédérick IV de Danemark, peint cette même année [P.314]. Très jeune, en 1691, Gyldenloeve est envoyé à la Cour de France où Louis XIV le reçoit avec les honneurs royaux. Il en profite alors pour se faire peindre par Rigaud. Participant avec distinction aux campagnes des Flandres, il reçoit le commandement du Royal Danois, régiment créé pour lui en 1692.

Pour Huslt et Roman la gravure de Pierre Drevet dont on ne connaît pas de véritable équivalent peint correspond au premier portrait du jeune amiral, alors âgé de 19 ans. Gyldenloeve y est figuré debout, à mi-jambes, le corps de profil tourné vers la gauche, la tête de trois quarts à gauche, le regard de face. Vêtu d’une armure, devant un champ de bataille, sa perruque et la large écharpe de commandement semblent animées par un vent imaginaire. Sa main droite tient un bâton de commandement placé sur un rocher, tandis que la main gauche, repose sur un casque empanaché, disposé sur le même rocher. Les armoiries, supportées par deux éléphants, sont danoises, surmontées d’une couronne princière et d’un lion couronné. En effet, le Danemark avait pris part, aux côtés de la France, à la guerre contre la Hollande et la Suède et Frédéric III et Christian V de Danemark, admiratifs de la cour française, accomplirent d’importantes réformes.

Gyldenloeve commandera en 1694 à Rigaud une copie du portrait de Louis XIV valant 124 livres. Hulst datait l’estampe de Drevet de 1698 mais l’adresse indiquée, rue Saint Jacques au Point de France attenant Saint Severin, est cependant antérieure à 1697, année durant laquelle Pierre s’installa rue du Foin. Quant à Lelong il avançait la date de 1693, inscrite à la main sur le troisième état du département des estampes de la Bibliothèque nationale de France.

On retrouvera une autre effigie du même personnage en 1696 mais d’une toute autre ordonnance [*P.481].

Localisation de l´œuvre :

Frederiksborg, Nationalhistoriske museum, Denmark

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan