CHOISEUL Gaston Jean-Baptiste de

Catégorie: Portraits
Année : 1692

 

*P.275

Huile sur toile
Dimensions inconnues [à mi-corps]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1692 pour 360 livres (ms. 624, f° 7 v° : « Mons[ieu]r le marquis de praslin »).

Bibliographie :

Hulst/3, p. 174 ; Portalis et Béraldi, 1880-1882, III, p. 752 ; Roman, 1919, p. 29, 48 ; Perreau, 2013, cat. *P.275, p. 96.

Œuvres en rapport :

  • 1. Gravé par Isaac Sarrabat « à la manière noire » en 1693 d’après Hulst ou en 1699 d’après Lelong : « figure jusqu’aux genoux. L’estampe de grandeur ordinaire ». Sous le portrait, de part et d'autre d'un écusson aux armes : « Gaston Jean Baptiste de Choiseul, Marquis de Praslin / Lieutenant général pour le Roy en Champagne, Gouv[ernemen]t / de Troyes, colonel du Reg[imen]t de cavalerie Royale / Chevalier des ordres du Roy ».
  • 2. Huile sur toile, suiveur de Rigaud, H. 48 ; L. 36. Collection particulière (vente Bâle, Beurret et Bailly, 23 juin 2012, lot 292 [=René de Froulay de Tessé par Ranc]).

Copies et travaux :

  • 1695 : Leroy reçoit 30 livres « pour une Copie de M[onsieu]r le marquis de prallin » (ms. 625, f°2 v°).

Fils de Ferri IV, Comte d’Hostel, Gaston-Jean-Baptiste de Choiseul, marquis de Praslin (1661-1705), comte d’Hostel, était le petit-neveu du célèbre maréchal du Plessis-Praslin. Filleul de Gaston d’Orléans, il fut fait, au cours d’une brillante carrière militaire, Gouverneur de Troyes et lieutenant général au gouvernement de Champagne la même année (1686), lieutenant (1677), capitaine au régiment de cavalerie du Roi (1684), maître de camp d’un régiment de cavalerie de son nom (1688), Brigadier (1694), chevalier de l’ordre de Saint-Louis (1700), et maréchal de camp (janvier 1702). Il décéda des suites d’une blessure reçue à la bataille de Cassano en août 1705 : « Ainsi périssent dans des emplois communs des seigneurs de marque dont le génie supérieur soutiendrait avec gloire le faix des plus grandes affaires et de guerre et de paix, si la naissance et le mérite n'étaient pas des exclusions certaines, surtout quand ils sont joints à un coeur élevé, qui ne peut se frayer un chemin par des bassesses et qui ne connaît que la vérité » nous avoue Saint-Simon (Mémoires, V, 3). Il prit le titre de marquis de Praslin par son mariage, en 1683, avec Marie-Françoise de Choiseul-Praslin (morte en 1721), fille unique de François de Choiseul, marquis de Praslin et marquis de Chaource (mort en 1690), lieutenant général au gouvernement de Champagne et de Charlotte de Hautefort. Veuve d’un premier mariage avec Louis de L'Abadie (mort en 1680), Marie-Françoise s’unira à nouveau en 1711 à Nicolas de Choiseul. Notre modèle avait acquis du marquis d’Heudicourt (qui l’avait levé en mars 1674) le régiment de Penthièvre le 2 août 1688.

Dans son portrait, il est montré jusqu’aux genoux, en armure, tenant le bâton de commandement et tendant l’autre main vers l’arrière fond où l’on aperçoit un choc de cavaliers. Une copie « en petit », mais de faible facture, est connue en collection particulière, probable riccordo de l’original par un autre artiste. Un changement de figure et de titre, pratiqué en 1700, transforma l’estampe « en manière noire […] figure jusqu’aux genoux […] de grandeur ordinaire » de Sarrabat en portrait du Grand Dauphin [*PC.526] (Eugène Bouvy, La gravure de portraits et d’allégories, 1929, p. 25).

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan