ESTRÉES Jean d'

Catégorie: Portraits
Année : 1699

 

*P.610

Âge du modèle : 33 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1699 pour 140 livres (ms. 624, f° 16 : « M[onsieu]r Labbé d’Estrés »).

Bibliographie :

Hulst/3, p. 180 ; Portalis et Béraldi, 1880-1882, I, p. 53 (n° 10), 316 (n° 33) ; Roman, 1919, p. 71 ; Roux, 1931, I, p. 248, n° 1 et 2 ; ibid., VII, n° 191, p. 174 ; Weigert, 1961, II, n° 17, p. 262 ; Perreau, 2013, cat. *P.610, p. 146.

Œuvres en rapport :

  • 1a. Gravé par Jean Audran en 1699 ou 1700 selon Hulst, dans un ovale à gauche. Dans la bordure de pierre, la lettre suivante : « JOANNES D’ESTREES APUD HISPANIARUM REGEM NUNC LEGATUS ABBAS. » De part et d’autre de la la composition aux armes, sur le plat du socle : « Hyac. Rigaud pinx. - Io. Audran Sculp. » H. 32,6 ; L. 24,8 (Voir Roux, 1931, I, p. 248, n°1). Nouvelle épreuve du même en 1704 avec lettre suivante : « JOANNES D’ESTREES APUD LUSITANIÆ REGEM NUPER LEGATUS ABBAS » et l’adjonction de la croix de l’ordre du Saint-Esprit. Voir Roux, 1931, I, p. 248, n°2.
  • 1b. Gravé par Caré, en 1700 selon Hulst, « buste sans mains, grandeur de thèse ». Dans la bordure de l’ovale, la lettre suivante : « JOANNES D’ESTREES REGII ORDINIS SPIRITUS COMMENDATOR APUD LUSITANOS HISPANOS ORATOR ABBAS St CLAUDII ». Sur le plat du socle, de part et d’autre d’une composition aux armes : « Rigaud pinxit - Caré sculpsit. »
  • 1c. Gravé par Etienne Jehandiers Desrochers sans date. « Jean d'Estrées || Archeveque de Cambray nommé || en 1716, Commandeur de l'Ordre du || St Esprit né en... ».  Buste tourné à dr. Bordure ovale sur fond rectangulaire. Sur le socle : « Gravé A Paris par E Desrochers et se vend chez luy rue du Foin pres la rue S. Jacq. » Sur la tablette, un quatrain : « Par les Vertus que fait paroître [etc.] ». H. 14,6 ; L. 10. Voir IFF (Roux), vol. VII, n°191, p. 174.
  • 1d. Gravé par Laurent Cars. Buste, de trois-quart à gauche. Bordure ovale se détachant sur un fond rectangulaire. Cartouche aux armes. Sur la bordure : « Joannis... [etc.] ». Sur la console : « Rigault Pinxit — Cars sculpsit ». H. 27,5 ; L. 19,1 cm. Paris, bibliothèque nationale. IFF graveurs du XVIIe, vol. II, n°17, p. 262
  • 2. Huile sur toile d’après Rigaud (et extrapolé en pied). H. 147,5 ; L. 115. Besançon, musée des Beaux-arts. Inv. D.909.1.10. Provenance : Dépôt de l’État, 1909 (anciennes collections de l’Archevêché de Besançon).

Jean d’Estrées (1666-1718), abbé d’Evron, Préaux, Conches, Villeneuve et Saint-Claude était le fils du vice-amiral du Ponant, comte et maréchal Jean d’Estrées (1624-1707) et le frère de Victor-Marie d’Estrées (1660-1737), ce dernier également peint par Rigaud. Initialement ambassadeur au Portugal de 1692 à 1697, il suivit en Espagne son oncle, le cardinal César d’Estrées (1628-1714). Rappelé en 1704 et nommé commandeur de l’ordre du Saint-Esprit (1er janvier 1705), « ses mœurs l’avaient exclu de l’épiscopat [...], il avait eu des galanteries et il était du nombre de ces abbés sur qui le roi s’était expliqué qu’il n’en élèverait aucun d’eux à l’épiscopat » (Saint-Simon).

En janvier 1716, il sera nommé archevêque de Cambrai mais mourra avant d’être sacré. Protecteur de l’Académie de Soissons, bibliophile éclairé dont la collection rejoindra l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés à sa mort, il avait intégré l’Académie Française en 1711. En cette année 1699, il choisit un buste relativement modeste pour faire fixer ses traits. Bien que l’on ait daté pendant longtemps la gravure de Caré de 1700, il semble qu’elle soit plus tardive, vraisemblablement consécutive à la nomination de l’abbé comme commandeur de l’ordre royal. De plus, on note quelques différences par rapport à l’estampe d’Audran, tel le nœud qui ceint la robe du prélat, moins développé chez Caré. 

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan