LESDIGUIÈRES, Jean-François de Paule de Créquy de Bonne de

Catégorie: Portraits
Année : 1687

 

P.115

Âge du modèle : 9 ans

Huile sur toile
H. 81 ; L. 64.
Paris, musée du Louvre. MI 1.103

Historique :

Absent des livres de comptes de l’artiste ; peint vers 1687 ; coll. Jaquotot ; sa vente en 1842 ; coll. La Caze, n° 242 ; Legs, 1869) ; en dépôt au musée de la Révolution française (1987) Inv. D.2008.1.

Bibliographie :

Hulst/3, p. 170 ; Mariette, 1740-1770, III, f° 47 (v°), n° 64 et VII, f° 2 ; Paignon-Dijonval, 1810, 7511, 7512 ; « État des tableaux de la collection La Caze », 1869, p. 8 ; Roman, 1919, p. 52 ; cat. Louvre, IV, 1986, p. 188 ; Levallois-Clavel, 2005, I, p. 55, 166 ; ibid. II, p. 122, cat. P. Dr., n° 47 ; Perreau, 2013, cat. P.115, p. 75.

Expositions :

Paris, 1848 ; Paris, 1860 ; Houston, 1986-1987, n°1, p. 34.

Œuvres en rapport :

  • 1. Huile sur toile, suiveur de Rigaud, H. 81 ; L. 64,7. Collection particulière (vente Paris, hôtel Drouot, 6 mars 1990, lot 85 ; vente Londres, Christie’s, 5 juillet 1990, lot 147, p. 61).
  • 2. Huile sur toile, suiveur de Rigaud, H. 73,5 ; L. 60. Collection particulière (vente Paris, hôtel Drouot, Poulain-Le Fur, 16 novembre 1990, lot 6).
  • 3. Huile sur toile d’après Rigaud, (esquisse), H. 31 ; L. 23,5. Coll. J. Dupont (acq. Amiens, 1965).
  • 4. Huile sur toile, suiveur de Rigaud, (esquisse), H. 46 ; L. 38. Collection particulière (vente Paris, hôtel Drouot, Ader, 11 janvier 1952, lot 167 ; vente Niel, Paris, Christie’s, 12 avril 2012, lot 48).
  • 5. Dessin d’après Rigaud. Ancienne collection Paignon-Dijonval.
  • 6. Gravé par Pierre Drevet en 1691 selon Hulst, « figure jusqu’aux genoux. L’estampe de forme moyenne. » H. 34,5 ; L. 24. Sur le mur de pierre du second état : « Jean François Paul de Bonne de Créquy, Duc de Lesdiguières / Pair de France, fils de François Esmanuel de Bonne de Créquy / et de Paulle Françoise Marguerite de Gondy ». En bas, entre le premier trait carré et le cadre : à gauche, « Hyacin Rigaud pinxit » ; au centre, « A Paris chez Audran rue S. Jacques aux deux Piliers d’or avec privilege du Roy » ; à droite, « Drevet Sculp. 1691 ».

Petit-fils du maréchal-duc François de Bonne de Lesdiguières (1543-1626), seigneur de Lesdiguières et du Glaizil, duc de Lesdiguières (1611), pair de France et dernier Connétable de France, notre modèle, Jean-François de Paule de Créquy de Bonne (1678-1703), comte de Sault puis 5e duc de Lesdiguières (1681) est le fils de François-Emmanuel de Bonne de Créquy (1645-1681), comte de Sault puis duc de Lesdiguières (1675). Son père avait préalablement épousé en 1619 à Grenoble, Catherine de Bonne (née vers 1600), fille du maréchal François de Bonne (1543-1626). Le jeune duc de Lesdiguières naîtra de la seconde union de son père, le 12 mars 1675, avec Paule-Marguerite-Françoise de Gondi (1655-1716), duchesse de Retz, comtesse de Joigny, baronne de Mortagne, fille de Pierre de Gondi (1602-1676), général des Galères du Roi et de Catherine de Gondi (1612-1677). Veuve du jeune duc, Madame de Lesdiguières, sera involontairement d’ailleurs, l’héroïne du Conte de Lorraine et d’Italie relaté par Saint-Simon présentant les prétentions du duc de Mantoue [Ferdinand Charles de Gonzague (1652-1708)] à vouloir épouser Mademoiselle de Duras désormais veuve après 1703 (laquelle s’y refusera malgré les intrigues du duc auprès du roi). Elle fut peinte par Antoine Pesey et gravée également par Drevet aux alentours de 1697. Les Duché et Pairie de Lesdiguières furent érigés en 1611 à partir des terres des Seigneuries de Lesdiguières (des Diguières) et de Champsaur. Le couple Lesdiguières-Duras n’eut pas d’enfants.

Malgré les différentes tentatives de relier le portrait du jeune duc de Lesdiguières par Rigaud avec une mention des livres de comptes, nous pensons que le tableau n'a pas été inscrit dans les comptes de l'artiste.  Dans la gravure de Drevet, le jeune comte de Sault puis 5e duc de Lesdiguières (1681) est présenté à mi-corps, jusqu’aux genoux devant un entablement de pierre et devant une colonne cannelée ; composition visiblement plus vaste que celle du Louvre. Le casque à plume déposé sur l’entablement de pierre témoigne des grades de colonel du régiment de Sault et brigadier des armées du roi du modèle qui décèdera prématurément au cours de la bataille de Modène en Italie. Hulst et Mariette donnent la date de 1687 pour la confection de la toile.

Voir le portrait d'Antoine Giraud, secrétaire du duc, peint en 1693.

Localisation de l´œuvre :

Paris, musée du Louvre, France

Website: www.louvre.fr/

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan