NARCISSE Madame

Catégorie: Portraits
Année : 1705

 

*PC.885

Huile sur toile
Dimensions inconnues
Localisationa ctuelle inconnue

Bibliographie :

Paiement inscrit dans les livres de comptes en 1705 (ms. 624, f° 23 v° : « Mad[ame] Narcisse [rajout :] hab[illement] rep[été] »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 115, 128, 142 ; Perreau, 2013, cat. *PC.885, p. 192.

Copies et travaux : 

  • 1706 : Delaunay reçoit 7 livres pour avoir « habillé m[adam]e Narcisse » (ms. 625, f° 20).
  • 1708 : Delaunay reçoit 7 livres pour avoir peint « M[adame] Narcisse » (ms. 625, f° 24 v°). 

Roman interprétait ce personnage comme une femme de mœurs légères à qui l’on aurait donné un nom de fleur pour préserver son anonymat. Nous pensons aujourd'hui plus volontiers que le patronyme existait bel et bien et que le personnage pouvait être lié à une famille alliée à Antoine Yves Martin (mort en 1743), conseiller du roi et intéressé dans les fermes. De son mariage en 1721 avec Anne Trilobet, Martin avait eu au moins deux filles dont une épousa un sieur Narcisse1. L'autre, Marie-Perpétue Martin, épousa en secondes noces Armand Jean Favre, seigneur d'Aunoy2.


1. J. G. Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile et criminelle, tome 6, 1784, p. 73)

2. Jacques Moulin, « Le château d'Aunoy et l'apparition en France du jardin à l'anglaise », Bulletin monumental, 1991, vol 149, n°2, pp. 201-224, note 14).

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan