BIGNON Jean-Paul

Catégorie: Portraits
Année : 1707

 

*P.964

Âge du modèle : 45 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1707 pour 150 livres (ms. 624, f° 26 : « M[onsieu]r Labbé Bignon, conseiller d’état »).

Bibliographie :

Hulst/3, p. 186-187 ; Mariette, 1740-1770, III, f° 46 r°, n° 16 ; ibid. VII, fos 15, 22 ; Moreri, 1759, II, p. 436 ; Lelong, 1775, p. 149 ; Crayen, 1789, n° 20, p. 12 ; Paignon-Dijonval, 1810, 7429 ; Nagler, 1836, III, p. 475 et 1843, XIII, p. 184 ; Du Pradel, 1692 (1878), II, p. 296 ; Portalis et Béraldi, 1880-1882, II, p. 17, 53 ; ibid. III, p. 526 (partie du n° 60) ; Roman, 1919, p. 123, 140, 141, 147, 155 ; Audin et Vial, 1919, p. 287 ; Roux, 1955, VIII, n° 84, p. 20 ; Lugt, 1938, 151, V-V ; Constans, 1995, II, p. 766, n° 4320 ; Levallois-Clavel, 2005, I. p. 171, 178, 203, 256 ; ibid. II, p. 208-209, cat. P. Dr. n° 55 ; Perreau, 2013, cat. *P.964, p. 204.

Œuvres en rapport :

  • 1. Huile sur toile d’après Rigaud. H. 63 ; L. 52. Versailles, musée National du château. MV2938, inv. 9053, LP 4015. Ancienne collection Acad. Fr. ; Don à Versailles en 1839. En dépôt à l’Institut. Inscription au bas : J. P. Bignon. 1693. Voir Constans, 1995, II, p. 766, n°4320.
  • 2a. Gravé par Pierre Drevet en 1707. « Buste sans mains, en robe de conseiller d’Etat, grandeur de thèse pour celle de Gabriel-Joseph Caneau Descramelle [dans un ovale à droite, la tête tournée vers la gauche]. » Dans la bordure, la lettre suivante : « IOANNES PAULUS BIGNON ABBAS STI QUINTINI COMES CONSISTORIANUS DECAN S. GERM. » Dans le socle, de part et d’autre de la composition aux armes : « Offerebat humillimus servus / F. STEPHANUS - GUILLIMIN / PRÆDICATOR – LUGDUNÆUS. » De part et d’autre de la même composition, sur la corniche : « Hyacinthus Rigaud pinxit 1707 - Petr. Drevet sculpsit. » Six états connus dont le suivant.
  • 2b. Gravé par le même, sans date ou en 1728 selon Hulst presque à l’identique du précédent mais le visage présente quelques différences : « buste sans mains, le même rapporté ci-devant sous l’année 1707 et la même planche, où n’est changé que la tête repeinte pour faire cette estampe destinée pour la thèse de J.-B. Durand de Montalet. La tête repeinte d’après nature par M. Rigaud en 1728. Gravé en 1728. Drevet père ». Dans la bordure de l’ovale, la lettre suivante : « JOAN. PAUL. BIGNON ABBAS SANCTI QUINTINI COM. CONSIST. BIBLIOTH. REG. PRAEFECT. AETAT. AN. 66. » Sous l’ovale, de part et d’autre d’une composition aux armes : « Accademia - Rumpraesidi / Offerebat JOAN - NES BABT. DURAND / DE MONTALET. - Clericus Parisinus. » Sur le plat du socle à gauche : « Hyacinthus Rigaud pinxit ; et à droite : Petr. Drevet sculpsit. »
  • 2c. Gravé en buste (à gauche) par Claude Duflos en 1709, « buste comme le précédent, entouré de divers attributs qui ne sont pas du dessin de Rigaud. » Dans un cadre ovale mouluré avec la lettre suivante : « IEAN PAUL BIGNON ABBE DE SAINT QUENTIN CONSEILLER D'ETAT ORDINAIRE ET PRESIDENT DES ACADEMIES  né le 19 septembre 1662 ». Autour un décor de palmes et divers attributs des art (peinture, géométrie, musique, littérature. Dans la base du socle, les vers d'Houdart de La Mothe : « Les Sciences, Les Arts luy deoivent leurs hommages / Il en est L'ardent protecteur / S'il fut né dans les premiers âges / Il en eut esté L'initiateur / Pr Mr de la Mothe ». Sous le trait carré : « Peint par noble homme Hyacinthe Rigaud en 1708 [sic]. Par les soins du Sieur Barreme. Gravé par CL. Duflos en 1709. » Portalis signale que Duflos a gravé deux portraits de Bignon « l’un plus petit que l’autre ».
  • 2d. Gravé par Charles Simonneau, « buste en petite forme d’après le même tableau » (sans date).
  • 2e. Gravé par Simon Thomassin en 1709.
  • 2f. Gravé par Georg Friedrich Schmidt en 1737 (deux états connus) dans un ovale à gauche pour la collection d’Odieuvre. H. 8,4 ; L. 7. Sous l’ovale, de part et d’autre, à gauche et à droite : « Hte Rigaud Pinx. - F. G. Schmidt Sculp. » Sous l’ovale dans le cartouche : « JEAN PAUL BIGNON / Abbé de St Quentin, Doyen des Conseillers d’Etat. / Bibliot[hécai]re du Roi, des Acad. Fr[ançai]se des Sç[ienc]es des Belles Lettres &c / Né à Paris le 19. Septembre 1662. »
  • 2g. Gravé par Johann Georg Mentzel vers 1710. H. 14 ; L. 8,5. En buste à gauche dans un cadre aux coins abattus. Sous le cadre, la lettre suivante : « Johann Paulus Bignon / Abbas Sti. Quintini Comes / Consistorianus decan Sti. Germ. »
  • 2h. Gravé par Bernard Picart sans date.
  • 2i. Gravé par Nicolas Pitau « le jeune », également sans date. Buste tourné à gauche dans un ovale. Dans la bordure de l’ovale : « JEAN PAUL BIGNON ABB. DE ST. QUENTIN CONR. D'ETAT ORDRE. PRESIDENT DES ACADEMIES ». Sur le plat du socle à gauche et à droite : « Hya. Rigaud pinx. - N. Pitau sculp. » En bas : « Aux talens, aux vertus qu’il réünit en luy / Scavans de tous climats vous devez vos homages / Quel modèle pour vos ouvrages ! / Et pour vous quel heureux apuy ! / Par M.r Roy. »

Copies et travaux :

  • 1708 : « Une [copie] de M[onsieu]r l’abbé Bignon p[our]r m[onsieu]r Filibien » pour 75 livres (ms. 624, f°28).
  • 1708 : Leprieur reçoit 24 livres pour « une coppie de M[onsieu]r l’abbé Bignon », peut-être celle de l'année (ms. 625, °23 v°).
  • 1709 : « Une [copie] de M[onsieu]r l’abbé Bignon p[our]r m[onsieu]r le prevost des marchands son frère » pour 75 livres (ms. 624, f°30).
  • 1709 : « Une autre [copie] de M[onsieu]r l’abbé Bignon pour M[onsieur]r Le Camus » pour 75 livres (ms. 624, f°30).
  • 1710 : Bailleul touche 20 livres pour avoir fait « un buste de M[onsieu]r l’abbé Bignon », « plus un [autre] buste de M[onsieu]r l’abbé Bignon » qui lui est payé 20 livres (ms. 625, f°27).

Descriptif :

Second portrait de Portrait de Jean-Paul Bignon (1662-1743), abbé de Saint Quentin. Voir un premier portrait en 1694. L'une des copies réalisées en 1709 atteste des liens existants entre Bignon et Nicolas V Le Camus. Le premier sera nommé exécuteur testamentaire du second, après de Marie-Élisabeth Langlois-Le Camus, ait fait procéder par Geoffroy puis François Dusart à l’Inventaire après décès suivant le testament de son mari, en date du 18 juillet 1712. Le second exemplaire de 1709 est livré au frère de l'abbé, Jérôme Bignon, prévôt des marchands. Ce dernier qui commandra à Michel Félibien (1666-1719), moine de la congrégation de Saint-Maur, une Histoire de Paris restée inachevée par la mort de son auteur. Une copie du portrait de l'abbé Bignon avait d'ailleurs été payée par le moine dès 1708.

Les versions réalisées par Bailleul en 1710 sont peut-être les deux copies de l'année 1709, payées comme souvent à l'aide d'atelier avec un peu de retard. 

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan