KELLER Hans Balthasar

Catégorie: Portraits
Année : 1685

 

P.91

Âge du modèle : 47 ans

Huile sur toile
H. 135 ; L. 105.
Zürich, Kunstmuseum. Inv. 209.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1685 pour 330 livres (ms. 624, f° 3 : « Mons[ieu]r Quelair, [rajout : Keller ] ») ; coll. Keller ; cat. 1854.

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 10 ; Mandach, 1947, VIII, p. 5 ; Vallière, 1940, p. 11 ; Perreau, 2013, cat. P.91, p. 72.

Œuvres en rapport :

  • 1. Huile sur toile d’après Rigaud, H. 39 ; L. 31. Collection particulière (vente Paris, hôtel Drouot, Kapandji Morhange, 17 juin 2009, lot.19).

Héritier d’une considérable famille suisse remontant au VIIIe siècle, Hans [Johann]-Balthasar Keller vom Steinbock (1638-1702) est le fils de Johann-Balthasar Keller vom Steinbock (1603-1657) et de Verena Wetzel (1617-1679). Bon dessinateur, il débute sa carrière dans l’orfèvrerie. A l’instigation de son frère Jean-Jacques [Johann-Jakob] (1635-1700), fondeur de canons au service de la France, il se rend à Paris pour y exercer ce métier.

Keller réalise notamment des statues pour le parc de Versailles, une statue équestre de Louis XIV d’après Girardon (maquette en bronze au Louvre) commandée par la ville de Paris (ce que commémore d’ailleurs la gravure de Drevet correspondant à un portrait plus tardif de Keller par Rigaud) et une statue de rémouleur pour le jardin des Tuileries. En 1697, il est nommé commissaire général des fontes de l’artillerie du roi et inspecteur de la grande fonderie de l’arsenal royal. Les quatre célèbres statues fondues par les frères Keller entre 1684 et 1686 furent destinées à la façade de Mansart du Château de Versailles (1701).

Jean-Jacques et Hans-Balthazar Keller étaient respectivement arrivés en France en 1654 et 1660. Rigaud peindra en 1693 un autre portrait d'Hans-Balthasar, superbement transposé à la gravure en contrepartie par Pierre-Imbert Drevet (1697-1739), bien après 1699, contrairement à ce que dit Roman1. Keller épousa le 9 février 1682 Susanne de Boubers de Bernâtre et commandera à Rigaud, en 1694, une copie du premier portrait de Louis XIV pour 110 livres.

1 On consultera les scellés apposés le 17 mars 1702 après le décès de Keller (Bibliothèque de l’Arsenal [Z1m36 (n°4)]).

Localisation de l´œuvre :

Zürich, Kunstmuseum, Switzerland

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan