CALVO Pierre de

Catégorie: Portraits
Année : 1685

 

*P.88

Âge du modèle : 52 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1685 pour 143 livres (ms. 624, f° 3 : « Mons[ieu]r Labbé de Calvo »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 10 ; James-Sarazin, 2009/2, p. 32 (cité) ; Perreau, 2013, cat. *P.88, p. 72.

L'abbé Pierre Calvo (1633-1708), Pere Gualbe de son nom catalan, appartenait à l'abbaye Notre-Dame d’Eu. Conseiller clerc puis conseiller honoraire au conseil souverain de Roussillon il est sans doute celui dont parle la duchesse de Montpensier dans ses Mémoires (« frère de celui qui commande dans Maëstricht ») et à qui Louis XIV donna la prébende de l’abbaye d’Eu, à la mort du cardinal des Ursins en 1676 (chapitre 5). Il était donc « chanoine régulier de Saint-Augustin, de la réforme de Sainte-Geneviève de Paris » selon les dires de la turbulente duchesse qui rajoute que « s'il eût vaqué une meilleure abbaye dans ce temps-là, [il] l’auroit eue ; c’est un effet de son malheur : car elle ne vaut à l’abbé que sept à huit mille livres de rente ». Son frère, Jean Sauveur de Calvo (Barcelone, 1625 – Deinse, 29 mai 1690), fut effectivement un lieutenant général et commanda à Maëstricht jusqu’en 1679. L’année précédente, il remporta de grandes victoires en Catalogne avant de se rendre, en 1689, en Flandre où il mourut.

Rigaud peignit également deux neveux de l'abbé, Benoît de Calvo et Josèphe de Calvo en 1696.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan