WREY Bourchier

Catégorie: Portraits
Année : 1736

 

P.1409

Huile sur toile
H. 82,5 ; L. 66,6 cm
Collection particulière

Sign. v° : « Peint par Hyacinthe Rigaud, chevalier de l’ordre de St. Michel / en 1739 ».

Historique :

Peint entre 1736 et 1739 ; vraisemblablement l’une des mentions des livres de comptes de 1738 pour 600 livres (ms. 624, f° 45, rajout de Huslt : « M[onsieu] …. aussi anglois ») ; passé par héritage dans la famille du modèle jusqu’à la vente ; vente Londres, Christie’s, 11 juin 2002, lot 20.

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 214; Brême, dans cat. vente Christie’s, 2002 ; Mitchell et Roberts, 1996, n° 158, p. 208 ; Perreau, 2013, cat. P.1409, p. 293.

Nous tentons pour la première fois le rapprochement entre la présente mention des comptes et le portrait inédit aux manuscrits de Wrey, secrétaire du roi depuis 1729, et qui était de passage à Paris dans le cadre de son Grand Tour. La date au dos de la toile indiquant l’achèvement du tableau, il dut être payé aux alentours de 1736-1737.

Sir Bourchier Wrey (1714-1784), de Tawstock Court, North Devon, fit ses études à Winchester et au New College d’Oxford. Il succéda à son père, un sympathisant jacobin, comme 6th Baronet en 1726. Sa mère, Diane, était la fille de John Rolle de Stevenstone. Wrey épousa en premières noces, en 1749, Mary, fille de John Edwards de Highgate, qui mourut en 1751 et qui fut le sujet d’une importante épitaphe en latin parue la même année dans le Gentleman’s Magazine. En 1755, il se remaria à Ellen, fille de John Thresher de Bradford. Il effectua son Grand Tour entre 1737 et 1740, visitant Paris, Gênes, Rome, Florence et Milan. Lorsqu’il vivait à Rome, Lady Mary Wortley Montagu parle de lui comme un amoureux de ce pays. En 1742, il fut élu à la Société des Dilettantes, un groupe de personnages cultivant l’art des antiques. George Knapton (1698-1778), portraitiste officiel de la Société, peignit son effigie en 1744 dans laquelle il tient un vers d’Horace Dulce est Desipere in Loco. Sir Bourchier Wrey intégra le Parlement de Barnstaple en 1747 et se rendit à Brême, Hambourg et Lubeck en 1752 comme délégué de la Society for carrying ont the Herring Fishery. Il en profita pour améliorer le sort des pécheurs dans ces villes ainsi qu’à Copenhague. Il fut enterré dans l’église de Tawstock, où une pyramide fut élevée sur son tombeau et celui de ses deux femmes.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan