CHARMOLUE DE LA GARDE Crépine-Catherine

Catégorie: Portraits
Année : 1712

 

*PC.1171 

Âge du modèle : 21 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1712 pour 400 livres [deux portraits] (ms. 624, f° 33 v° : « M[onsieu]r et mad[am]e Maée, con[seill]er au parlem[en]t »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 164, 166 ; Perreau, 2013, cat. *PC.1171, p. 253.

Copies et travaux :

  • 1712 : Bailleul reçoit 12 livres pour « Une teste de M[adam]e le May » et 58 autres livres pour avoir « Habillé M[adam]e le May, toille de 4 l[ivres] t[ournois] » c'est à dire sur une grande toile, sans doute une extrapolation (ms. 625, f° 30)

Crépine-Catherine Charmolue de La Garde (v. 1691-1751), fille unique de François Jean Charmolue de La Garde, secrétaire du roi, était l'épouse depuis le 23 mai 1711 d’Étienne-Vincent Le Mée, peint en pendant la même année. La dimension de la toile implique une effigie de grand format.

Notre modèle rédige son testament le 28 juin 17511, ce qui permet de savoir qu'elle était séparée de biens depuis 1735 de son mari. Elle supplia néanmoins ses héritiers de conserver à époux l'usufruit de son propre office, ce qu’ils feront. Son inventaire après décès est finalement dressé devant Gervais le 9 novembre 17512.

 


1. Paris, Arch. Nat., MC, LXXXIII 421, 28 juin 1751. Cité dans Anna Bellavitis, Laurence Croq, Monica Martinat, Mobiblité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Paris, 2009, p. 44.

2. Ibid. ET. LXXXIII, 424.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan