LE GENDRE DE COLLANDRES Thomas

Catégorie: Portraits
Année : 1713

 

P.1188

Âge du modèle : 40 ans

Huile sur toile
H. 80 ; L. 64 cm
Aix-en-Provence, musée Granet. Inv. n° 880-1-4

Sign. v° : « Fait par Hyacinthe Rigaud, 1713 ».

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1713 sans prix (ms. 624, f° 34 v° : « Mr Collandres ») ; Legs marquise de Gueidan 1880 (inv. N°3) ; cat. Pontier 1900, n°155 ; Nettoyé et restauré de 1986 à 1988 (ancien châssis d’époque à écharpes et traverse médiane)..

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 168 ; Loubon, 1861, p. 270, n° 876, p. 146 ; Pontier, 1900, p. 404, n° 155, p. 73 ; Lemoisne, 1918, p. 1-15 ; ély, 1988, p. 8-22 ; Gibert, 1890, p. 276-317 ; Perreau, 2004, p. 131-134 ; Perreau, 2013, cat. P.1188, p. 238.

Expositions :

Marseille, 1861, p. 270, n°876, p. 146.

Ce beau portrait a très vite été identifié par Roman comme étant celui présumé de Thomas Le Gendre (1673-1738), seigneur de Collandre et de Gaille-Fontaine, brigadier des armées du roi, frère de Catherine-Marie Legendre avec laquelle il s’était fait peindre en 1706 pour 3000 livres. Le tableau, assez exceptionnel par la physionomie toute en bonhomie du personnage montre assez clairement la belle facture de Rigaud. Le modèle étant un valeureux militaire, il est représenté en cuirasse enveloppée d’un ample drapé rouge fané, et dont la texture et les plis sont rendus avec un réalisme étonnant. Le buste est complètement tourné vers la droite du tableau, où l’on aperçoit une main posée avec naturel sur le pommeau d’une canne décorée d’un cordon.

Lorqu’il se porte acquéreur, le 6 janvier 1724, du domaine du château des Bergeries de Sénart (Essonne, communes de Draveil et Vigneux-sur-Seine, détruit) Collandre était qualifié de « chevalier seigneur de Gallifontaine, Collandre, Elleboeuf et autres lieux, Commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis [n’apparaît pas chez d’Hozier], Maréchal des camps et armées du Roi [14 juin 1705], Conseiller secrétaire du Roi de la Maison de France et de ses finances ». Cornette de dragons à ses débuts, Collandre bataille à Fleurus (1690), à Leuze, participe au siège de Namur et au combat de Steenkerque (1692). Enseigne aux Gardes françaises à Neerwinden et au siège de Charleroi, il devient sous-lieutenant le 9 janvier 1694 et lieutenant le 26 février 1696. Il est ensuite colonel lors de la guerre de Succession d'Espagne et mène le régiment d’infanterie de Flandre en Italie où il prend part à la bataille de Luzzara (1702). De 1703 à 1705 il participe aux sièges d’Ivrée, de Verrue et de Verceil mais se démet bientôt de ce régiment pour devenir colonel-lieutenant du régiment de Royal-Vaisseaux au combat de Cassano et de Turin (1706). Envoyé en Espagne en 1709-10 où il devient brigadier, puis à nouveau en Flandre où il participe à l’affaire d’Arleux (1711) il participe à la bataille de Denain (1712), aux sièges de Douai, du Quesnoy et Bouchain. L’année où il se fait peindre par Rigaud, il sert sur le Rhin et prend part aux sièges de Landau et Fribourg. Mais la confection de son portrait peut tout autant commémorer sa récente union, le 13 août 1713, avec Marguerite-Catherine-Madeleine le Voyer d’Argenson (1703-1720), fille de Marc-René Le Voyer d’Argenson (1652-1721) et de Marguerite Le Fèvre de Caumartin (1673-1719) et sœur du futur ministre de la guerre. Collandre sera élevé au grade de maréchal de camp le 1er février 1719, commandeur de l’ordre de Saint-Louis en 1720 nous l’avons vu. Il se démet ensuite de son commandement de Royal-Vaisseaux et ne sert plus jusqu’à sa mort le 1er mai 1738, à l’âge de 65 ans.

Localisation de l´œuvre :

AIx-en-Provence, musée Granet, France

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan