ANONYME

Catégorie: Portraits
Année : 1724

 

*PC.1331

Huile sur toile
H. 119 ; L. 91,5 cm
Collection particulière

Porte une inscription au revers du châssis : « La comtesse d’Egmont fille de Maréchal de / Richelieu / Par / Hyacinthe / Rigaud »

Historique :

Peint vers 1720-1725 ; vente Paris, hôtel Drouot, Libert, 25 juin 2010, lot 31 [=Marie Aupoys, femme d’Antoine Marc, seigneur de Lignerolles] ; vente Paris, hôtel Drouot, Libert, 29 septembre 2010, lot 28 ; vente Paris, hôtel Drouot, 20 octobre 2010, s.n. ; acq. par la gal. ; Paris, gal. Ratton-Ladrière, 2011 ; vente Monaco, Kohn, 27 juillet 2011, lot 69 [invendu]) ; vente Paris, Delorme-Collin du Boccage, 10 juin 2015, lot. 39 [invendu] ; ibid., 2 décembre 2015, lot. 181.

Bibliographie :

Perreau, « Deux Rigaud face à face chez Libert à Drouot ce 25 juin 2010 », [en ligne], 25 juin 2010, www.hyacinthe-rigaud.over-blog.com ; contact du 26 avril 2011 de la galerie Ratton-Ladrière ; visite à la galerie du 25 mai 2011 ; Perreau, « La fausse madame Aupoys finalement estampillée Rigaud », [en ligne], 7 juillet 2011, www.hyacinthe-rigaud.over-blog.com ; Perreau, « Hyacinthe Rigaud, chroniques des ventes 2015, première partie » [en ligne],  www.hyacinthe-rigaud.over-blog.com, 4 janvier 2016.


Selon nous, la composition de ce portrait fait sans doute référence à un prototype du maître, avec sa main aux doigts tourmentés caractéristiques que l'on retrouve dans les portraits de la comtesse de Platen et de la princesse Palatine. Cependant, comme nous l'avons justifié dans nos articles successifs dès 2010, une nette participation de l'atelier doit être envisagée. Le peu d'élégance de la tête, posée un peu maladroitement sur le corps plaide en cette faveur. Les couleurs fânées des tissus renvoient également à une datation aux alentours de 1720-1725.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan